Bonne Fête Nationale du 14 Juillet, néanmoins n’oublions pas les victimes de Nice !…

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Aujourd’hui, cela fait 5 ans qu’a eu lieu à NICE (ville au sud-est de la France, sur la Côte d’Azur), sur l’avenue du bord de mer appelée “Promenade des Anglais”, le terrible massacre de près de 90 innocents, hommes, femmes et enfants, venus admirer, lors de la Fête Nationale française du 14 Juillet 2016, les feux d’artifice, sans parler de plus de 400 blessés plus ou moins graves !

Je vous rappelle les faits : Le terroriste avait loué un camion frigorifique très lourd afin d’écraser le maximum de personnes sur lesquelles il a foncé et roulé, sans aucun état d’âme !

Les actes de terrorisme (y compris, entre bien d’autres, l’attentat dans la Salle de Concert BATACLAN à Paris, le 13 Novembre 2015, avec 130 victimes) sont impensables, terribles, horribles, abominables, monstrueux ! J’allais dire, aussi, “inhumains”, mais peut-on parler de ces monstres sanguinaires comme étant des hommes, des êtres humains !

Je me demandais : « Pourquoi ces sacrifices ; à quoi sert la perte de tant de vie de personnes innocentes, à quoi servirait ce sang pur des femmes, des hommes, des jeunes et des enfants, ainsi versé et répandu !? »

Curieusement, c’est en me promenant dans le “mausolée” spontané créé, en hommage aux victimes de l’attentat du 14 Juillet – dans le Jardin Albert 1er adjacent à la Promenade des Anglais – parmi les bouquets de fleurs, les peluches et les panneaux manuscrits, que j’ai trouvé ma réponse !

La réponse, c’est ce texte manuscrit sur un morceau de papier, voir ci-dessous :

« ILS ont essayé de NOUS enterrer,

mais ILS ne savaient pas que NOUS étions des graines ! »

Je pense qu’aucun philosophe n’aurait pu exprimer, si brièvement et si clairement, avec une telle profondeur, cette vérité, écrite rapidement par un quidam inconnu, qui parle de la part des victimes !

Ces sacrifices ne sont pas vains ! En effet, ces âmes sont des “graines de semence”, apparemment “enterrées” (comme le pensent les terroristes), qui, par leur sacrifice, donneront naissance à des arbrisseaux, et bientôt à des arbres qui abriteront, sous leur ombrage, la société humaine, donnant des fruits de Bonté, d’Équité, de Justice et d’Amour à toute l’Humanité !

Pour moi, ces quelques lignes, pleines de significations mystiques, furent une “révélation” !

Il faut que la “graine” soit enterrée, il faut que par son sacrifice, elle s’anéantisse, afin de pouvoir donner naissance à une plante vivace !

Je paraphrase le texte de cet inconnu, qui parle de la part des victimes de Nice, de Paris et d’ailleurs, de la part de la Liberté, de la Tolérance et de l’Amour, en l’explicitant ainsi :

ILS ont essayé de NOUS anéantir en nous enterrant,

mais ILS ne savaient pas que NOUS sommes des graines et que cela va nous permettre de fleurir

afin de faire profiter toute l’Humanité de notre parfum !

Maintenant, lorsque je passe sur la Promenade des Anglais, au bord de la Méditerranée, à Nice, j’ai le cœur moins serré qu’auparavant ; en effet, je pense à ces âmes pures qui volent, avec allégresse, dans le ciel bleu de la Côte d’Azur :

La mer qui borde la “Promenade des Anglais” ne s’appelle-t-elle pas :

« La Baie des Anges» ?

Avec toutes mes cordiales salutations, Rochan MAVADDAT

Petite fille sur la Promenade des Anglais, à Nice,

face à la “Baie des Anges”.

Ascension de Bahà’u’llàh – Récit

Chers Amis Bahá’is,

Alláh’u’Abhá.

Ainsi que vous le savez, Bahá’u’lláh (né Mirzá Ḥusayn-ʿAli Núri) – la “Manifestation Suprême de Dieu” –

est décédé, dans le Manoir de Bahji (Saint-Jean d’Acre, Akká, en Terre Sainte),

le 29 Mai 1892 vers 3h00 du matin.

Cette année 2021, la Commémoration de Son Ascension est commémorée le Vendredi 28 Mai.

À cette occasion, je me permets de partager avec vous le texte ci-dessous, intitulé :

« Les derniers jours de la vie terrestre de Bahá’u’lláh »

Avec mes chaleureuses salutations bahà’ies,

Rochan MAVADDAT

Vous pouvez visionner ces 2 vidéos réalisées à l’occasion de cette Ascension

(malheureusement, aucune d’elles n’est en français) :

https://www.youtube.com/watch?v=bobAebZOl5M

6:30 minutes.

https://www.youtube.com/watch?v=pbWk78CgbhM

2:53 minutes.

Les derniers jours de la vie terrestre de

BAHÁ’U’LLÁH

L’Ascension de Bahá’u’lláh qui eut lieu dans le Manoir de Bahjí, fut la cause de consternation indescriptible parmi Ses disciples.

[L’historien] Nabíl-i-Az’am, un véritable amoureux de la Beauté Bénie [Bahá'u'lláh] et l’un de ses Apôtres dévoués, a laissé à la postérité un émouvant témoignage de cet événement affligeant. Ceci est une traduction succincte de son récit :

"Ainsi que l’attesta la Plus Grande Branche [Abdu'l-Bahá], neuf mois avant cet événement grave – Son Ascension – Bahá’u’lláh avait exprimé son désir de quitter ce monde. Pendant ces neuf mois, d’après le ton de Ses exhortations et de Ses remarques aux Amis qui étaient en Sa présence, il devint de plus en plus évident que la fin de Sa vie terrestre était proche (…). Mais jamais Il n’a ouvertement parlé concernant la fin proche de Sa vie. ( … )

La veille du dimanche (8 Mai 1892)…, Il attrapa une fièvre mais ne la révéla à personne ( … ). Le mardi [3ème jour de Sa maladie], cet humble serviteur eut l’honneur d’avoir une audience avec sa Personne bénie. A midi, je fus convoqué seul dans Sa chambre : pendant une heure et demie environ, Il me parla, parfois assis et parfois en marchant dans la pièce. Il me versa Ses infinies bontés et Ses paroles exaltées atteignirent le comble de la perfection.

"J’aurais souhaité savoir d’avance qu’Il s’agissait là de ma dernière audience; ainsi j’aurai pu m’agripper au pan de son vêtement et le supplier de me permettre de sacrifier ma vie dans Son Chemin, de m’épargner les vanités de ce monde et de m’admettre dans le Royaume d’éternelle joie.

Hélas ! Hélas !, ce qui avait été pré-ordonné, arriva !

"Ce même jour dans l’après-midi, Hájí Niyáz (un croyant renommé) arriva d’Égypte et obtint la permission, en même temps que d’autres croyants, d’accéder à la présence de Bahá’u’lláh. Jusqu’à ce que le soleil se couche, les Amis furent admis en petits groupes. Le lendemain, il n’y eut plus la possibilité aux croyants de Lui rendre visite; personne ne put entrer et une atmosphère de tristesse et de lourd chagrin régnait sur ces amoureux éprouvés. La situation resta pendant quelques jours sans changement, jusqu’à lundi (le neuvième jour) qui s’avéra être celui d’une grande tristesse pour les Amis.

Ce jour là, la Plus Grande Branche quitta Bahá’u’lláh et vint à la Maison des Pèlerins. Il leur adressa à tous les salutations de Bahá’u’lláh et leur dit que la Beauté Ancienne [Bahá'u'lláh] avait déclaré :

"Tous les Amis doivent rester patients et fermes,

et se lever pour la promotion de la Cause de Dieu.

Ils ne devraient pas être perturbés car Je serai toujours avec eux,

Je me souviendrai d’eux et prendrai soin d’eux !".

Ces paroles poignantes qui firent lamenter le cœur des croyants, ainsi que le ton des remarques de ‘Abdu’l-Bahá, indiquaient que la fin de la vie terrestre de "Celui qui était le Seigneur de la Création" [Bahá'u'lláh] approchait à grands pas. Les Amis furent alors dans un tel trouble et consternation qu’ils n’aspiraient qu’à la mort ( … ).

[ Le dixième ] jour, la Plus Grande Branche se rendit à ‘Akká (Saint-Jean-d’Acre), visita chaque famille bahá’íe et transmit à chaque Bahá’í, homme et femme, les salutations pleines d’amour de la Beauté Bénie. Dans l’après-midi du dimanche (15ème jour), tous les Amis présents dans le Manoir, y compris les pèlerins et résidents bahá’ís, furent invités à venir en présence de Bahá’u’lláh. Tous les Amis, en pleurs et frappés de chagrin, furent admis à atteindre la présence de Bahá’u’lláh, qui était soutenu, sur le lit, par l’un de Ses fils.

La "Langue de Grandeur" [Bahá'u'lláh] s’adressa aux Amis avec gentillesse et affection et leur dit :

"Je suis très content de vous tous ;

vous avez rendu beaucoup de services et étiez très assidus dans votre travail.

Vous avez été ici chaque matin et chaque soir.

Puisse Dieu vous aider à rester unis. Puisse-t-Il vous aider à exalter

la Cause du Seigneur de l’Existence !".

Ce fut la dernière audience qu’Il nous octroya. Les oiseaux du cœur de ses amoureux suivirent ce message provenant d’En Haut :

"En vérité la Porte de l’Union est fermée à tous ceux qui sont au Ciel et sur la Terre…".

La veille du Dimanche 29 Mai 1892 (21 jours après qu’Il eut contracté la maladie) (…), alors que les symptômes de la fièvre avaient totalement disparus, le désir du "Roi de l’Éternité" de quitter le confinement de ‘Akká (…) fut enfin réalisé.

Le bouleversement spirituel provoqué dans le monde de poussière fut tel qu’il fit trembler tous les mondes divins. Huit heures après le coucher du soleil, en cette sombre nuit, lorsque les cieux versèrent des larmes sur la Terre, ce qui avait été révélé dans le Kitáb-i-Aqdas s’est finalement réalisé. Ma langue spirituelle et physique est impuissante à décrire l’état dans lequel nous nous trouvions. Au milieu de la confusion qui régnait, on pouvait voir de nombreux habitants de ‘Akká et des villages avoisinants qui s’étaient rassemblés sur les terrains entourant le Manoir, verser des larmes, frapper sur leur tête et crier tout haut leur chagrin…

Après cette grande calamité, un grand nombre de personnes endeuillées, riches, pauvres, orphelins et opprimés, partagèrent pendant une semaine entière, les repas généreusement servis par la Famille éprouvée…

Deux jours après l’Ascension de [Bahá'u'lláh] à son très saint et exalté Royaume des Cieux, des hommes de savoir et des poètes, musulmans et chrétiens, envoyèrent des télégrammes, exprimant leurs condoléances à la Plus Grande Branche. Ils écrivirent des poèmes dans lesquels ils louaient d’une façon éloquente les vertus du Bien-Aimé et regrettaient amèrement Sa perte.

d’après Adíb TÁHERZÁDEH : “The Revelation of Bahá’u’lláh", Volume IV, pp. 414-417.

[ Traduction française revue par Rochan Mavaddat ]

À l’aube de cette nouvelle “Année 2021”

Alláh’u’Abhá !

Chère Amie, Cher Ami, Chers Amis Bahá’is,

À l’aube de cette nouvelle “Année 2021”,

malgré la situation sanitaire, je vous présente mes meilleurs Vœux de

Santé, Bonheur, Joie, Réussites et Prospérité.

Que l’Amour, la Sérénité, la Paix, la Force de l’âme et aussi l’Espoir soient dans tous les cœurs

pour affronter les problèmes de ces moments difficiles. (*)

Soyons confiants dans la Science et la Solidarité humaine, au niveau national et mondial,

et ayons confiance dans l’Avenir pour l’éradication rapide de la pandémie actuelle…

Puissions-nous tous agir, en étant guidés par la force dynamique et le pouvoir de l’Alliance,

– en cette année du centenaire de l’Ascension de notre Maître Bien-Aimé, ‘Abdu’l-Bahá –

pour le progrès de la Cause et l’Unité de l’Humanité.

Avec mes très chaleureuses salutations bahà’ies,

Rochan MAVADDAT

––––––––––––––––––

*/- À ce sujet, je vous suggère de lire cet extrait d’une lettre du Département du Secrétariat, écrite de la part de la Maison Universelle de Justice, lettre datée du 3 Décembre 2020 :

« …En réponse aux questions concernant l’avènement d’événements catastrophiques, la Maison de Justice s’est exprimé précédemment, disant que les Bahá’ís ne devraient pas se préoccuper indûment de la possibilité de tragédies imminentes. Le monde entier traverse une période d’adversité durant laquelle des calamités se sont produites et se produiront.

Les Bahá’ís devraient éviter de se préoccuper des spéculations sur les catastrophes potentielles et devraient concentrer leur énergie et leur attention à travailler pour la Foi [de Bahá’u’lláh]. Leur vision optimiste, leur conviction inébranlable que l’Humanité évolue à une nouvelle étape de son histoire caractérisée par l’Unité et la Paix du monde, et leur engagement en faveur du bien-être de l’Humanité, attirera, sans aucun doute, vers la Cause de Bahá’u’lláh des personnes réfléchies qui aspirent à un moyen de sortir des difficultés qui les entourent.

(…) Les Bahá’ís doivent faire attention à ne pas être entraînés dans une spirale de peur et d’obscurité engendrée par les conditions qui prévalent, mais consacrent plutôt leurs énergies à construire un nouveau monde et à promouvoir un environnement de sérénité et de courage… »

Traduction provisoire.

Concernant les attentats de Paris et de NICE. À quoi servent ces sacrifices !? 12-15

Le Lundi 14 Novembre 2016.

Chers Amis,

Hier, le 13 Novembre 2016, c’était le jour anniversaire des attentats de PARIS (Salle de Concert BATACLAN, restaurants, Stade de France), survenus le 13 Novembre 2015, durant lesquels 130 victimes innocentes ont été tuées par balles, sans parler des centaines de blessés, dont certains auront des séquelles à vie !

Aujourd’hui, cela fait 3 mois qu’a eu lieu à NICE (ville au sud-est de la France), sur l’avenue du bord de mer appelée “Promenade des Anglais”, le terrible massacre de près de 90 innocents, hommes, femmes et enfants, venus admirer, lors de la Fête Nationale française du 14 Juillet 2016, les feux d’artifice, sans parler de plus de 400 blessés plus ou moins graves !

Le terroriste avait loué un camion frigorifique très lourd afin d’écraser le maximum de personnes sur lesquelles il a foncé et roulé, sans aucun état d’âme !

Ces actes sont impensables, terribles, horribles, abominables, monstrueux ! J’allais dire, aussi, “inhumains”, mais peut-on parler de ces monstres sanguinaires comme étant des hommes, des êtres humains !

Je me demandais : « Pourquoi ces sacrifices ; à quoi sert la perte de tant de vie de personnes innocentes, à quoi servirait ce sang pur des femmes, des hommes, des jeunes et des enfants, ainsi versé et répandu !? »

Curieusement, c’est en me promenant dans le “mausolée” spontané créé, en hommage aux victimes de l’attentat du 14 Juillet, dans le Jardin Albert 1er adjacent à la Promenade des Anglais, parmi les bouquets de fleurs, les peluches et les panneaux manuscrits, que j’ai trouvé ma réponse !

La réponse, c’est ce texte manuscrit sur un morceau de papier, voir ci-dessous :

« ILS ont essayé de NOUS enterrer,

mais ILS ne savent pas que NOUS étions des graines ! »

Je pense qu’aucun philosophe n’aurait pu exprimer, si brièvement et si clairement, avec une telle profondeur, cette vérité, écrite rapidement par un quidam inconnu, qui parle de la part des victimes !

Ces sacrifices ne sont pas vains ! En effet, ces âmes sont des “graines de semence”, apparemment “enterrées” (comme le pensent les terroristes), qui, par leur sacrifice, donneront naissance à des arbrisseaux, et bientôt à des arbres qui abriteront, sous leur ombrage, la société humaine, donnant des fruits de Bonté, d’Équité, de Justice et d’Amour à toute l’Humanité !

Pour moi, ces quelques lignes, pleines de signification mystique, furent une “révélation” !

Il faut que la “graine” soit enterrée, il faut que par son sacrifice, elle s’anéantisse, afin de pouvoir donner naissance à une plante vivace !

Je paraphrase le texte de cet inconnu, qui parle de la part des victimes de Nice, de Paris et d’ailleurs, de la part de la Liberté, de la Tolérance et de l’Amour, en l’explicitant ainsi :

ILS ont essayé de NOUS anéantir en nous enterrant,

mais ILS ne savent pas que NOUS sommes des graines et que cela va nous permettre de fleurir

afin de faire profiter toute l’Humanité de notre parfum !

Maintenant, lorsque je passe sur la Promenade des Anglais, au bord de la Méditerranée, à Nice, j’ai le cœur moins serré qu’auparavant ; en effet, je pense à ces âmes pures qui volent, avec allégresse, dans le ciel bleu de la Côte d’Azur :

La mer qui borde la “Promenade des Anglais” ne s’appelle-t-elle pas :

« La Baie des Anges» ?

Bien amicalement, Rochan MAVADDAT

Petite fille sur la Promenade des Anglais, à Nice, face à la Baie des Anges.

“ISLÁM : Quel est le Chemin à Suivre ?”, par Rowshan MUSTAPHA. 12-15.

Chers Amis,
Pour votre information, je vous transmets, ci-joint, un livre écrit par Rowshan MUSTAPHA :

“ISLÁM : Quel est le Chemin à Suivre ?”.
Il vous est suggéré de partager cet ouvrage avec vos correspondants et amis Musulmans francophones.
mais aussi avec vos amis Bahá’is.

Avec mes cordiales salutations bahá’ies,
Rochan MAVADDAT

Dearly loved Friends,

The attachments concern a book in English entitled :

" ISLÁM : The Road Ahead ",
and its translation in French :

" ISLÁM : Quel est le Chemin à Suivre ? ” *.

This book and its translation are intended for the Muslim reader, although the Bahá’ís may find some personal use in them.

The idea is to make the book available to any reader who may find the title interesting and decide to read it. The book and its translation are available free to your dear selves and to your friends. If you have a Site and would like to put them on your site for free download, please do. If you think that you can make it available on your facebook, Google,etc accounts please do so.

People today are reluctant to read, and even more reluctant to buy books. A free download may encourage them to take a look, and if they have not heard of Baha’u’lláh, they will do so very quickly by simply looking through the pages.

May we hope that making teaching material available free of charge on a large personal scale by the friends will be successful.

Thank you for your help.
Rowshan MUSTAPHA.
________________________
> */- La traduction française, révisée par votre serviteur (révision acceptée par l’auteur), diffère un peu du texte originel en anglais.

ISLAM, Quel est Le Chemin à Suivre. Par Rowshan MUSTAPHA.pdf

Chant à écouter : 3 minutes de Sérénité dans ce monde de brutes ! 12+15

Chers Amis,

Je vous suggère de regarder les images de la vidéo, dont le lien est ci-dessous, et surtout d’écouter la voix douce et captivante de mon ami Ihâb EZZELDIN qui est un musicien, compositeur égyptien, qui vit en France.

En fait, il a fait un arrangement d’une courte prière de Bahá’u’lláh pour la Guérison, rédigée initialement en arabe [voir image ci-dessus] :

« Ton Nom est ma guérison, ô mon Dieu, et Ton souvenir est mon remède ! (…) »

[ Voir, ci-dessous, la traduction française de la prière complète. ]

https://www.youtube.com/watch?v=bkl9dmQHMlQ&feature=youtu.be

Bien amicalement, Rochan MAVADDAT

Vidéo à voir ! — Must watch this video !

English text, below.

Chers Amis,

Je voudrais vous suggérer de visionner cette vidéo

montrant l’exemple de courage – et d’humour –

d’une femme intelligente et talentueuse.

L’autre petit détail : Elle est atteinte de paralysie cérébrale !

Un exemple de persévérance difficile à suivre…

http://share2give.net/une-superbe-femme-secoue-son-corps-sur-la-scene-et-la-foule-devient-folle/

Elle parle en anglais, mais il y a des sous-titres en français.

Cordiales salutations, Rochan MAVADDAT

_________________________

Dear Friends,

I would like to suggest you watch this video showing the example of courage,

of a unique, funny, intelligent woman.

The other small detail : she is suffering from cerebral paralysis !

Warm Greetings, Rochan MAVADDAT

http://share2give.net/une-superbe-femme-secoue-son-corps-sur-la-scene-et-la-foule-devient-folle/

Commémoration du Martyre du BÂB.

15-21

Chers Amis,

A l’occasion de la Commémoration de l’Anniversaire du Martyre de Sa Sainteté Le Bâb, fusillé le Mardi 9 Juillet 1850 à Tabriz (ville au nord-ouest de la Perse) en compagnie de son fidèle disciple "Anis", je vous envoie, ci-joint, un document de 2 pages (en anglais) à ce sujet.

La première page du fichier joint montre le Rapport envoyé par le Lieutenant-Colonel Justin SHEIL à Lord PALMERSTON, Ministre britannique des Affaires Etrangères à cette époque.

Le Colonel Justin SHEIL avait été nommé Secrétaire de la Légation britannique à Téhéran, en Mars 1836, puis Envoyé spécial et Ministre Plénipotentiaire de l’Empire Britannique en Perse en Septembre 1844. Il était donc présent dans ce pays au moment de l’Avènement du Bâb.

Dans son Rapport, il décrit brièvement l’exécution du Bâb et précise que Celui-ci n’a pas été tué a la première salve, et que la population de Tabriz, témoin de cette scène miraculeuse, a crié: "Le Bâb est monté au Ciel !".

C’est l’un des témoignages d’un officiel occidental de haut rang, parmi d’autres, qui rapporte cet événement public, ce qui corrobore l’histoire telle que la relate les historiens bahà’is.

La seconde page du fichier joint raconte que le Consul russe de Tabriz a amené un artiste-peintre devant la dépouille bénie du Bâb afin qu’il en dessine un croquis.

L’un des premiers croyants de la Foi Bâbi-Bahà’ie naissante, raconte ce qu’il a vu et ressenti lorsque qu’il a vu ce croquis.

Le texte, en anglais, est ci-joint. Vous trouverez, ci-dessous, une traduction que j’ai effectuée rapidement, devant être révisée.

Enfin, pour terminer, je vous donne, tout à fait en bas, le lien pour 2 diaporamas sur le Martyre du Bâb, de qualité moyenne, l’un en français et le second en anglais.

Rappelons que l’Avènement du Bâb est appelé : "L’Aube de la Vérité".

Je vous souhaite une bonne et spirituelle commémoration de cet événement tragique et historique.

Avec mes sentiments bahà’is les plus cordiaux,

Rochan MAVADDAT

________________________

 » Immédiatement après l’exécution de Bâb et de Son compagnon Mirza Muhammad ‘Ali Zunuzi (Anis), le Mardi 9 Juillet 1850, leurs dépouilles furent jetées dans un fossé, à l’extérieur de la ville de Tabriz. Quatre compagnies, chacune constituée de dix sentinelles, reçurent l’ordre de surveiller ces corps, à tour de rôle.

Le matin suivant le jour du martyre, le Consul de Russie à Tabriz, accompagné d’un artiste dessinateur, se rendit à cet endroit et ordonna qu’un croquis soit fait des dépouilles qui gisaient encore dans la douve (fossé).

L’un des premiers Bahá’is, Haji ‘Ali ‘Askar Tabrizi (décédé en 1874), rapporta, ce qui suit, à Nabil Zarandi :

« Un fonctionnaire du Consulat russe, avec qui j’avais un certain lien de famille, me montra ce même esquisse, le jour même où il avait été dessiné. C’était un portrait si fidèle du Báb que j’ai regardé avec attention !

Aucune balle n’avait frappé son front, ses joues, ses lèvres. Je contemplais un sourire qui semblait être encore persistant sur son visage. Son corps, cependant, avait été gravement mutilé. J’ai pu reconnaître le bras et la tête de son compagnon, qu’il semblait tenir dans ses bras.

Comme je regardais, terrifié, cette image obsédante et voyais comment Ses traits nobles avaient été défigurés, mon cœur se serra au plus profond de moi-même. Je détournai mon visage dans l’angoisse et me rendit à ma maison où je m’enfermai dans ma chambre.

Pendant trois jours et trois nuits, je ne pouvais ni dormir ni manger, j’étais tellement bouleversé par l’émotion.

Sa vie courte et tumultueuse, avec toutes les peines, les agitations, les exils et, finalement, Son martyre grandiose, par lequel il avait été couronné, semblaient se rejouer devant mes yeux. Je me jetai sur mon lit, me tordant de douleur et de chagrin. »

(Traduction provisoire par Rochan MAVADDAT)

Bâb – Documents relatifs au Martyre du Bâb .doc

Message de la Maison de Justice concernant la » Coupe du Monde 2014″. Français & Persan.

Chers Amis,

Il est très rare, et inattendu, que la Maison Universelle de Justice

s’exprime sur le Sport et le Football !

Eh bien, elle l’a fait – à l’occasion de la "Coupe du Monde 2014" du Football –

à la demande de la Présidente du Brésil,

dans un Message dont vous trouverez ci-dessous le lien.

Nous venons de recevoir sa traduction en français.

Je la transmets, ci-jointe mais aussi directement ci-dessous, à ceux qui ne l’auraient pas reçue.

(Également ci-dessous, sa traduction provisoire en Persan.)

Avec mes chaleureuses salutations bahà’ies,

Rochan MAVADDAT

Ce Message se trouve sur ce site :

On the Eve of the World Cup, the Universal House of Justice

responds to Brazilian President’s invitation :

http://news.bahai.org/story/1008

12.-16.

MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

[ Traduction ]

Le 6 Juin 2014

"À Son Excellence Madame Dilma ROUSSEFF,

Présidente de la République Fédérative du Brésil.

Votre Excellence,

En réponse à votre aimable invitation, c’est avec plaisir que nous vous transmettons le message suivant à l’occasion de l’ouverture de la ‘‘Coupe du Monde 2014’’.

Nous présentons nos sincères salutations à la population du Brésil alors qu’elle accueille chez elle les représentants d’un nombre important de pays pour célébrer la performance sportive. Peu d’événements peuvent prétendre englober un si vaste échantillon de l’humanité, comprenant des gens d’appartenances ethniques, religieuses et culturelles diverses. Il est clair, pour tout observateur, que le sport qui réunit ces nations au Brésil n’est que renforcé par la merveilleuse diversité des participants. Se réjouir de ce fait implique qu’on rejette le préjugé sous toutes ses formes. Ce qu’il y a vraiment de plus frappant dans ce spectacle extraordinaire de football, c’est sa capacité à refléter la culture mondiale qui émerge de nos jours. Et en rassemblant les nations dans l’amitié, il montre de façon dynamique que la collaboration et l’effort commun sont possibles en toutes circonstances.

Les êtres humains sont aujourd’hui unis dans une civilisation mondiale. Alors que le monde poursuit son évolution organique, ils doivent maintenant réfléchir aux nombreuses qualités que la population brésilienne incarne si admirablement. Car le chemin de la Paix requiert des cœurs ouverts, la passion du progrès, une énergie créatrice inépuisable, une grande résilience, une force forgée dans le creuset de la diversité, ainsi que des consciences éclairées par l’esprit du temps et motivées par la quête de justice. Les peuples du monde sont comme des fleurs de couleurs différentes dans un jardin magnifique. Existe-t-il une nation plus à même de démontrer cette vérité simple mais fondamentale que le Brésil ? L’éclat et l’harmonie des couleurs de ce pays permettent à l’Humanité d’imaginer les perspectives incroyables de son propre avenir.

Une épreuve sportive, même de l’ampleur de celle-ci, ne peut dissimuler la gravité des défis qu’affronte le genre humain. Mais dans les semaines qui viennent, nous espérons que les observateurs partout dans le monde – en particulier les jeunes – se réjouiront des nombreux exemples de travail d’équipe, de franc-jeu, de courage et d’effort soutenu qui ne manqueront pas d’être présentés au cours du tournoi.

S’il plaît à Dieu, ils aspireront à faire preuve de ces mêmes qualités dans leur vie, au service de leur communauté et pour la promotion de la Paix. Qu’ils soient consacrés à l’élimination de toute trace de racisme et de discrimination, à la défense de la cause de l’égalité des femmes et des hommes ou à la promotion de la Justice, les efforts de tous les membres de la famille humaine sont nécessaires. Le changement constructif est possible partout. Les hommes, les femmes, les jeunes et les enfants ont tous une contribution essentielle à apporter.

Nous pensons qu’un jour viendra où la compétition entre les nations sera un phénomène que l’on observera surtout dans les enceintes sportives, alors que la coopération, la réciprocité et l’entraide domineront dans les relations sur la scène mondiale. Nous prions pour que l’occasion présente profite pleinement à la grande nation du Brésil, en tant qu’hôte, et que l’événement fera naître non seulement une camaraderie passagère, mais une solidarité durable entre tous ses participants et la multitude de spectateurs qui les regarderont."

La Maison Universelle de Justice

Traduction provisoire en Persan :

عالیجناب بانو دیلما روسفDilma ROUSSEFF

ریاست محترم جمهوری فدراتیو برزیل

عالیجناب

در اجابت دعوت محبّت‌آمیز شما، با کمال مسرّت پیام ذیل را به مناسبت افتتاح "جام جهانی" سال 2014 ارسال می‌داریم.

در حالی که ملّت برزیل به استقبال نمایندگان بسیاری از ممالک می‌پردازند که برای برگزاری مراسم تجلیل از قابلیت‌های ورزشی به وطن آنها وارد می‌شوند، ما تحیّات قلبی خویش را به آنها تقدیم می‌کنیم. رویدادهای زیادی وجود ندارد که بتوان مدّعی شد نمونه‌ای چنین گسترده از عالم انسانی را، که متشکّل از اممی با سوابق متنوّع قومی، دینی و فرهنگی است، در بر گیرد. بر هر ناظری واضح است که ورزش که این ملل را به برزیل آورده است تنها با تنوّع شگفت‌انگیز شرکت کنندگان تقویت می‌شود. آنچه که در این رویداد سبب مسرّت خواهد بود ناشی از ترک تعصّبات در هر شکل و صورت است. حقیقتاً، در این صحنۀ خارق‌العادۀ فوتبال آنچه که از هر امر دیگری چشمگیرتر است، ظرفیت آن برای انعکاس فرهنگ جهانی است که در این عصر و زمان به ظهور و بروز رسیده است. این واقعه، در فرا خواندن جمیع ملل عالم به گردهمایی دوستانه، این مطلب را به کمال قوّت مطرح می‌کند که تعاون و تعاضد و مجهودات مشترک در کلّیه امور میسّر است.

عالم انسانی الیوم در مدنیتی جهانی به یکدیگر پیوسته است. امید است عالم در این زمان، در ترقّی و تقدّم در سیر تکامل طبیعی خود، دربارۀ بسیاری از صفات و کیفیاتی که ملّت برزیل به نحوی شایسته آن را تجسّم بخشیده به تأمّل بپردازد. زیرا طریق وصول به صلح مستلزم قلب وسیع، شوق ترقّی، قوای نامحدود خلّاق، انعطاف‌پذیری عظیم، قوّت منبعث از کثرت، و اذهان منوّر به روح عصر و الهام گرفته از طلب وصول به عدالت است. امم عالم به مثابۀ گلهای رنگارنگی در حدیقه‌ای زیبا و باشکوهند. آیا ملّتی شایسته‌تر از برزیل برای نشان دادن این حقیقت ساده امّا اساسی وجود دارد؟ عالم می‌تواند در الوان زنده و در هم تنیدۀ این سرزمین امکانات خیره کنندۀ آیندۀ خود را مشاهده نماید.

مسابقه‌ای ورزشی، حتّی موردی در مقیاسی از این قبیل، نمی‌تواند شدّت و حدّت معضلاتی را که عالم انسانی با آن مواجه است پنهان نماید. امّا در هفته‌های آینده، امید چنان داریم که ناظران در جمیع نقاط – بالاخصّ جوانان جهان – از بسیاری از نمونه‌های کار دسته‌جمعی، بازی منصفانه، شهامت، و تلاش مشتاقانه که مطمئنّاً در طول مسابقات به ظهور خواهد پیوست، کسب امید نمایند. انشاءالله، تمایل خواهند داشت همان سجایا را در زندگی خویش، در خدمت به جوامع خود، و در ترویج صلح به نمایش بگذارند. مجهودات کلّیه اعضاء عائله بشری، اعم از آن که در تلاش برای از بین بردن هرگونه شائبۀ نژادپرستی و تبعیض، حمایت از برابری حقوق زنان و مردان، یا تلاش برای پیشبرد عدالت باشد، ضرورت تام دارد. تغییر سازنده در همه جا میسّر است. مرد، زن، جوان، و کودک – جمیع می‌توانند نقشی اساسی ایفا کنند.

فرا رسیدن زمانی را انتظار داریم که رقابت میان ملل به پدیده‌ای تبدیل شود که تعاون و تعاضد، رابطۀ متقابل، و حمایت از یکدیگر، عمدتاً بر آن حاکم باشد. دعا می‌کنیم که رویداد فعلی به افتخار و مباهات ملّت بزرگ برزیل در مقام میزبان منجر شود و نه تنها مودّت موقّت بلکه وحدت و اتّحاد دائمی در میان کلّیه نفوسی که در آن شرکت دارند و میلیون‌ها کسانی گردد که به تماشای آن می‌پردازند.

بیت‌العدل اعظم

A l’occasion de « La Fête Suprême de Ridván »…

Alláh’u’Abhá !

Chers Amis,

A l’occasion de la "Fête Suprême de Riḍván" *

la plus grande fête du Calendrier Bahá’i,

célébrant la Proclamation solennelle, par Bahá’u’lláh, de Sa Mission

de Messager Divin (à Bagdád, le 21 Avril 1863),

je me permets de vous transmettre l’une des Épîtres de Bahá’u’lláh

à ce sujet ainsi qu’un petit extrait du "Livre le Plus Saint" (voir ci-dessous).

Joyeuse Fête de Riḍván !

Avec mes chaleureuses salutations bahá’ies,

Rochan MAVADDAT

P.J. : Dans le cas où vous seriez chargé(e) de préparer le programme de la Fête de Riḍván, avec la participation de sympathisants non-bahá’is, je vous propose l’introduction ci-jointe…

Ridvàn – Proposition d’introduction à la Fête de Riḍván.docx